commerce

Choisir entre assurance-vie et plan épargne retraite ?

Le plan d’épargne retraite ou PER a été lancé dans le but de concurrencer les autres produits qui séduisent les Français, dont l’assurance-vie. En effet, l’objectif du PER est d’inciter ces derniers à épargner sur le long terme afin de percevoir des revenus complémentaires à la retraite. Toujours est-il que la question se pose : que choisir, assurance-vie ou PER ?

Les plus et les moins de l’assurance-vie

À ce jour, la majorité des Français préfèrent investir dans l’assurance-vie plutôt que dans les autres produits d’épargne.

Les points forts :

L’assurance-vie n’est pas seulement un produit d’épargne à moyen terme, mais aussi à long terme. L’épargnant a donc le choix entre jouir de son capital après la période de 8 ans s’il en a besoin, ou conserver ses encours jusqu’à ce qu’il parte à la retraite. En souscrivant à une assurance-vie, l’épargnant se sent donc plus libre. De plus, les versements sont programmés selon ses possibilités.

L’épargnant réduit aussi son imposition en optant pour la conservation de son épargne sur une durée de plus de 8 ans. Le déblocage du capital peut toutefois s’effectuer avant ladite période tandis que les avantages fiscaux ne seront pas applicables dans ce cas.

Autres avantages de l’assurance-vie : la possibilité pour l’épargnant de répartir les arbitrages, c’est-à-dire qu’il peut bénéficier d’une gestion libre. L’assurance-vie est par ailleurs disponible sous forme de contrat monosupport (en fonds en euros moins risqués) ou multisupport (en unités de comptes, en fonds en euros et en fonds euro-croissance).

Notons par ailleurs que l’assurance-vie peut être totalement transmise au moment de la succession. Ce, quel que soit le bénéficiaire choisi par le souscripteur, que ce soit son conjoint, son partenaire PACS, ses enfants ou d’autres individus.

Les inconvénients :

L’assurance-vie connaît une baisse de son rendement, en particulier celle à contrat monosupport. Les assureurs en proposent alors de moins en moins sur le marché, préférant orienter le choix des épargnants vers les contrats multisupports plus rémunérateurs. Ce sont pourtant des actifs assez risqués et qui ne conviennent pas toujours à tous types de profil.

Les frais sont aussi à vérifier avant la souscription. Frais de gestion, d’arbitrage, sur versement, etc. Les taux sont librement fixés par chaque assureur.

Les avantages et les inconvénients du PER

Les atouts :

Le PER se compose des trois contrats suivants : le PER individuel qui est l’ancien PERP et l’ancien contrat Madelin, le PER catégoriel qui est la reprise du PERE et du contrat Article 83, le PER collectif qui est une reformulation de l’ancien PERCO. De ce fait, il est apprécié pour sa portabilité en cas de changement de situation de l’épargnant au fil du temps.

En outre, c’est un excellent moyen de préparer sa retraite, tout en permettant une certaine liberté de sortie à tout moment, mais suivant des conditions prédéterminées. Ces dernières ont ainsi été révisées, avec l’ajout de la possibilité de retrait du capital à l’achat de sa résidence principale. Le PER autorise aussi l’épargnant à utiliser son capital de manière intégrale une fois parti à la retraite, attention toutefois à la fiscalité.

Tout comme avec l’assurance-vie, l’épargnant peut défiscaliser et selon ses propres convenances. Par exemple pendant qu’il se constitue son épargne et au moment où il perçoit ses rentes viagères.

La gestion pilotée est également un des principaux attraits de ce produit : le choix appartient à l’épargnant quant à jouir d’un profil dynamique, équilibrée ou prudent. Cela en fonction de ses propres attentes en termes de rendement de même que par rapport à son degré de tolérance aux risques.

Plus de détails sur happysilvers.fr.

Le désavantage du PER :

Le PER est un contrat individuel qui ne peut être transmis au moment de la succession. Toutefois, l’option de réversion est disponible au moment de la souscription.