commerce

Comment investir dans une résidence étudiante ?

Nombreux sont les investisseurs du secteur immobilier qui optent pour l’exploitation d’un bien loué meublé. Ceci pour la rentabilité attractive à laquelle il donne lieu : c’est le cas pour les résidences gérées par les opérateurs spécialisés, telles que les résidences étudiantes.

Celles-ci sont des appartements neufs ou récents, meublés, équipés qui sont extrêmement sollicités pour leur confort ainsi que pour le haut de gamme que proposent leur environnement et l’ensemble des lieux de vie du jeune résident. Comment investir en résidence étudiante et quels sont les avantages qui en résultent ?

Déclaration de son activité de LMNP

L’investisseur choisit la résidence de son choix auprès d’un gestionnaire spécialisé. Il déclare alors son activité de loueur auprès de la greffe du tribunal de commerce. La création de son entreprise est appuyée par un expert-comptable spécialisé en LMNP qui est un statut fiscal, celui de loueur en meublé non professionnel. Bien qu’individuelle, l’activité est certes celle d’une TPE : elle fait appel à l’intervention d’un expert-comptable pour la tenue de la comptabilité, pour les déclarations administratives et fiscales ainsi que pour le calcul des amortissements destinés à rentabiliser efficacement son placement.

Le choix du gestionnaire est également primordial : expérience, santé financière, réputation et sérieux font partie des paramètres à prendre en compte. Il en est de même pour le choix de l’emplacement de la résidence : en zone urbaine, de préférence dans une ville proposant universités, centres d’études et de recherches, etc.

Le bail commercia l liant l’investisseur et le gestionnaire doit également être relu avec attention avant d’être signé : il concerne les droits et les obligations de chacune des parties.

Des avantages fiscaux significatifs

Investir en résidence étudiante, c’est réduire de manière conséquente son impôt sur le revenu : grâce à la déduction des charges ou à la possibilité de bénéficier de certains abattements d’une part, et grâce aux dotations aux amortissements sur l’immobilier et le mobilier d’autre part.